· 

L'ENDOMETRIOSE

Je reçois en consultation des femmes diagnostiquées "Endométriose". Elles ont un nom sur leurs symptômes mais surtout un lot de questions impressionnant.

"C'est quoi exactement?", "Pourquoi moi?", "Comment ça sort de mon utérus?, "Comment me soulager?", "Comment composer avec?"... 

Voici un peu de lumière sur cette pathologie mal connue.

A Ludivine, Lucile, Marion, Chloé, Margaux, Justine…

C'est quoi?

ww.bio-info-sante.fr
ww.bio-info-sante.fr

L'endométriose est une maladie gynécologique fréquente qui concerne 1 femme sur 10. 

L’endométriose a longtemps été ignorée car il est admis qu'une femme est des douleurs lors de la période des menstruations.

C'est une maladie complexe. Pour certaines femmes, elle est asymptomatique mais pour d'autres, elle est très difficile à vivre au quotidien et génère des douleurs chroniques.

 

L’endométriose se définit comme la présence de tissu semblable à la muqueuse utérine (l'endomètre), en dehors de la cavité utérine.

De l'endomètre pourra être retrouver sur les ligaments de l'utérus, les trompes, les ovaires, l'extérieur de l'utérus, l'intestin, la vessie, l'uretère, le péritoine, le diaphragme…

Il subira, lors de chacun des cycles menstruels, l’influence des modifications hormonales.

Tout comme la muqueuse utérine, il se forme, puis « saigne » chaque mois. 

Les saignements n’ont aucune issue vers l’extérieur du corps et se déversent dans le péritoine (sac d'emballage de tous les organes). La femme saigne à l'intérieur de son ventre.

L’endométriose est ainsi responsable de douleurs abdominales, pelviennes, sacro-lombaires invalidantes.

Mais également responsable de fatigue, d’irritabilité ou de dépression, en raison de la chronicité des douleurs. Ces symptômes ont un impact majeur sur la qualité de vie personnelle et conjugale mais également professionnelle et sociale. Dans certains cas, elle est responsable d’infertilité.

Les Causes

 

Actuellement, personne ne peut expliquer pourquoi certaines femmes sont atteintes d’endométriose. Il est possible qu’un mauvais fonctionnement du système immunitaire et que certains facteurs génétiques soient en cause.

Voici quelques hypothèses avancées.

 

  • L’hypothèse la plus admise fait intervenir la notion de flux rétrograde ou de régurgitation dite « théorie de l’implantation ». Durant les menstruations, le sang et les couches superficielles de l’endomètre sont normalement expulsés vers l’extérieur par le vagin. Sous l’effet des contractions utérines, une partie du sang est régurgité dans les trompes pour arriver dans la cavité abdomino-pelvienne. Cette théorie expliquerait la majorité des atteintes d’endométriose. Ce reflux se produirait occasionnellement chez la plupart les femmes, mais il ne serait accompagné d’un enracinement des cellules endométriales que chez certaines d’entre elles. Ce sang contenant des cellules endométriales et des fragments de muqueuse utérine, qui, au lieu d’être détruits par le système immunitaire, vont s’implanter puis, sous l’effet des stimulations hormonales ultérieures, proliférer sur les organes de voisinage.
  • Selon une autre hypothèse, le tissu endométrial pourrait migrer hors de l’utérus par la lymphe ou par le sang.
  • Enfin, il se peut aussi que certaines cellules normalement situées à l’extérieur de l’utérus se transforment en cellules endométriales sous l’influence de facteurs génétiques et environnementaux.

3 types d'Endométriose

  • L’endométriose superficielle (ou péritonéale) qui désigne la présence d’implants d’endomètre ectopiques localisés à la surface du péritoine. 
  • L’endométriose ovarienne : l’endométriome ovarien est un kyste de l’ovaire caractérisé par son contenu liquidien couleur chocolat. 
  • L’endométriose pelvienne profonde (ou sous-péritonéale) correspond aux lésions qui s’infiltrent en profondeur à plus de 5 mm sous la surface du péritoine. L’endométriose profonde peut toucher typiquement les ligaments utérosacrés (50 % des cas), le cul-de-sac vaginal postérieur (15 %), le gros intestin (20-25 %): rectum et la jonction recto-sigmoïdienne, la vessie (10 %), les uretères (3 %) et au delà de la cavité pelvienne plus haut dans l'abdomen, le sigmoïde, le côlon droit, l’appendice et même jusqu'au diaphragme.

 

Rappelons qu’il n’y a pas de corrélation entre l’intensité de la douleur ou le type d’endométriose et qu’une endométriose superficielle peut être très douloureuse en raison de la présence de nombreux nerfs.

 

On a même coutume de dire qu’il n’y a pas une mais “des” endométrioses car cette maladie ne se développe pas de la même façon d’une femme à l’autre… Il n’existe pas de certitudes concernant l’endométriose si ce n’est qu’elle revêt différentes formes à différents endroits selon différentes proportions d’une femme à l’autre. 

 

Traitements médicaux

Les Traitements antalgique, anti-inflammatoire et antispasmodique sont prescrits pour soulager les douleurs  pelviennes.

 

Les Traitements hormonaux ne traitent pas la douleurs en tant que telle mais ils agissent en bloquant la production d’hormones par les ovaires, ce qui réduit les saignements.

Il s'agit de la Pilule contraceptive , du Stérilet à libération de progestérone qui ont aussi une action contraceptive; mais aussi de la mise sous ménopause artificielle en bloquant la sécrétion d’œstrogènes des ovaires.

Ces traitements ont des effets secondaires comme la prise de poids, des bouffées de chaleurs,  une sècheresse vaginale,  des poils sur le visage, de l'acné et une perte de libido…

 

La Chirurgie conservatrice qui préserve l’utérus et les ovaires afin de conserver les chances de grossesse. Ceci dans le cas où la douleur est réfractaire aux traitements médicamenteux. Elle consiste à retirer les excroissances endométriales, les tissus cicatriciels et les adhérences.

 

 

La Chirurgie radicale. Dans les cas extrêmes, il peut être nécessaire de procéder à l’ablation de l’utérus (hystérectomie) et des ovaires pour empêcher toute stimulation hormonale. Cependant, ce traitement cause une ménopause et une stérilité définitive. Il doit être envisagé en dernier recours.

 

 

Prises en charges complémentaires

L'Ostéopathie 

La prise en charge en Ostéopathie classique permet un travail de récupération de la mobilité des os du bassin et des viscères par voie externe. En Ostéopathie Uro- Gynécologique, le but est de libérer les tensions des tissus fixant l'utérus dans le bassin afin de permettre une meilleure mobilité tissulaire et circulatoire de la sphère pelvienne. 

 

Le Yoga 

Il permet à la femme lors de cours individuel, d'apprivoiser, de rencontrer son corps. Lorsque le corps souffre, il se replie sur lui-même. Le yoga grâce à une respiration contrôlée, des postures adaptées recherche à ouvrir les hanches, le bassin et d'apaiser les tensions mentales et corporelles. Ceci favorise la circulation et le drainage sur tous les plans.

La Méditation et le Yoga Nidra sont aussi de beaux outils de régénération.

 

Mon conseil 

La bouillotte chaude appliquée sur le ventre et ou le bas du dos aide à soulager.

L'utilisation de la Lithothérapie: la Cornaline est une pierre qui entre autre absorbe les tensions du petit bassin et purifie les liquides du corps. Et la Pierre de Lune qui régularise les sécrétions hormonales, les cycles menstruels. Toutes deux ont une action sur la fertilité.

 

D'autres pratiques comme la Naturopathie (Phytothérapie, Aromathérapie…), l'Hypnose, la Sophrologie, le Reiki, les Groupes de parole,  seront également un soutien pour les femmes atteintes d'Endométriose. Une considération et une prise en charge de la douleur physique et morale est primordiale.

 


Ses femmes souffrent en silence, assurent pour la plupart leur quotidien. Leurs plaies sont invisibles mais réelles.

Écrire commentaire

Commentaires: 2
  • #1

    LAI Sylvie (mercredi, 07 avril 2021 10:30)

    Merci pour toutes ces informations Manue ; je compte en faire bon usage avec Margaux et lui trouver d'autres solutions que les médicaments . Cependant je me pose une question : pourquoi les gynécologues ne vont ils pas au bout de leur diagnostic (examens médicaux à réaliser par exemple) pour poser le nom d'endométriose sur leur patient . Il semblerait que ce mot soit tabou ?
    Bisous Manue.

  • #2

    emmanuelle-osteo-yoga.com (samedi, 12 juin 2021 21:04)

    De plus en plus de praticiens se forment. Il faut garder espoir.
    Nous sommes notre 1er médecin ;)

Contact

Emmanuelle ANDRE

8 C Av des Martyrs

05400 VEYNES

Tel: 06.15.24.27.92

Photos part Justine GABRIEL,

et FREEPIK,PYXABAY